Association Bordelaise des Utilisateurs de Logiciels libres

Accueil ›› Utilisation de logiciels libres ›› Logiciels grand public ›› Logiciels libres pour le jeu d’échecs

Logiciels libres pour le jeu d’échecs

Posté le lundi 28 décembre 2009 par Patrick

(article écrit pour un club d’échecs)

Introduction

Pour commencer, il convient d’expliquer ce qu’est le logiciel libre, quelle est son importance peu connue encore du grand public dans l’informatique et l’Internet, et enfin ce qu’un joueur d’échecs peut en attendre, quel que soit son niveau.

Le Logiciel libre n’est pas un logiciel mais un type de licence [1], qui s’est étendu à d’autres types de contenus immatériels [2], c’est à dire reproductibles à coût négligeable. Aujourd’hui il équipe nos super calculateurs [3], nos services des Impôts, de l’Agriculture ou de la Défense [4], nos gendarmeries [5], de l’école à l’université [6], des associations [7], ainsi que de nombreux foyers que ce soit comme ordinateur individuel [8], comme "box" [9], ou encore comme informatique embarquée (TV, etc.) [10]. Bien qu’aucune publicité ne le fasse savoir, il est à la base des logiciels qui rendent Internet possible [11], allant des services DNS [12] indispensables, aux serveurs [13] et applicatifs web tels que ceux de sites associatifs, de petits clubs d’échecs ou de gros clubs d’échecs, de Ligues, (ou même de la Région Aquitaine) [14]. Son principe est de permettre la contribution de tiers, de favoriser la diffusion des logiciels, mais de protéger les auteurs et les utilisateurs, d’acteurs intermédiaires tentés de s’accaparer le travail ainsi fourni [15]. De nombreux exemples [16] ont montré qu’il était parfois tentant pour des sociétés bien connues et peu scrupuleuses de copier du code sous licence libre pour le placer sous leur propre licence dite "propriétaire" ou "privative", c’est-à-dire ne donnant qu’un nombre limité de droits d’utilisation aux utilisateurs, les privant ainsi d’une liberté d’usage.

Certains logiciels d’échecs sont placés sous cette licence [17]. Ce ne sont ni les meilleurs, ni les pires, ils rendent simplement les services que l’utilisateur, le joueur d’échec, peut attendre. Bien souvent, les développeurs qui conçoivent ces logiciels d’échecs le font bénévolement, et s’ils apprécient peu les critiques méprisantes, ils sont cependant ravis de corriger les erreurs que les utilisateurs rapportent, ou d’apporter les améliorations qu’on leur suggère. Il arrive que la demande de fonctionnalités s’accompagne de dons pour financer un tel travail. Ainsi le logiciel libre se fait pour les utilisateurs, mais surtout avec eux. On parle de travail collaboratif [18].

Parmi les logiciels d’échecs, on distingue 3 types :
- les moteurs [19] : calculateurs, intelligences artificielles, qui peuvent analyser les possibilités d’une positions, ou avec lesquels ont peut jouer aux échecs ;
- les interfaces [20] appelées souvent GUI pour Graphic User Interface, qui servent d’interface entre les joueurs lorsqu’ils jouent par Internet, ou entre le joueur et le moteur ;
- les logiciels d’analyse de bases de données de parties d’échecs [21] qui permettent aux joueurs d’étudier des parties, des positions, des statistiques, à partir de bases de données de parties qu’on peut trouver sur Internet, ou sur les sites des clubs d’échecs. Ces logiciels interagissent grâce à des formats standards, et sont tous capables de lire le format PGN [22] qui permet d’importer ou d’exporter des parties d’échecs d’une application à une autre (interopérabilité [23]), certaines pouvant avoir leur propre format qui leur permet de meilleures performances.

D’autres ressources sous licence libre comprennent par exemple l’encyclopédie Wikipédia, qui met à disposition des informations sur le jeu d’échecs, toutes perfectibles par chacun. [24]

Les logiciels libres d’échecs sont gratuits et, conséquence de leur licence, non limités dans leur utilisation. Ils peuvent fonctionner sur la plupart des systèmes ou des plates-formes, telles que Windows, Mac_OS ou Linux, notebooks et téléphones évolués.

Cet article est lui-même sous licence CC-by-SA et GFDL

Notes

[1] Logiciel_libre

[2] Contenu_libre

[3]
- http://www.zdnet.fr/actualites/info...
- http://www.zdnet.fr/actualites/info...
- http://www.pcinpact.com/actu/news/2...

[4]
- http://www.aful.org/ressources/inst...
- http://www.zdnet.fr/actualites/info...
- http://www.computerweekly.com/Artic...
- http://www.temps-reels.net/article1...
- http://www.futura-sciences.com/fr/n...

[5]
- http://linuxfr.org/2009/03/14/25160.html
- http://www.neteco.com/263680-gendar...
- http://eco.rue89.com/2009/03/15/la-...

[6]
- http://www.lest-eclair.fr/index.php...
- http://abuledu.org/
- http://libre.uvsq.fr/
- http://www.april.org/fr/luniversite...

[7]
- http://www.april.org/fr/lapril-et-l...

[8]
- http://www.framasoft.net/

[9]
- http://philipjm.free.fr/blog/index....
- http://www.zdnet.fr/actualites/inte...

[10]
- http://www.presence-pc.com/actualit...
- http://www.linuxpedia.fr/doku.php/i...

[11]
- W3c
- http://www.w3.org/Status.html

[12]
- Domain_Name_Server

[13]
- Lamp

[14]
- SPIP pour les sites de - l’ABUL - la Région Aquitaine - La ligue des échecs du Limousin - La ligue des échecs de Midi-Pyrénées
- Joomla pour le site du Club d’échecs de Condom
- Typo3 pour le site de l’Échiquier Limousin

[15] Licence_libre

[16]
- http://www.zdnet.fr/actualites/info...
- http://www.numerama.com/magazine/14...

[17]
- GNU_Chess
- http://sourceforge.net/search/?type...
- http://www.jinchess.com/

[18]
- Travail_collaboratif
- La_Cathédrale_et_le_Bazar

[19]
- Programme_d’échecs

[20]
- Programme_d’échecs

[21]
- SCID est un logiciel libre équivalent à Chessbase, disponible en français : http://scid.sourceforge.net/index.html

[22] Format standard de transmission des parties d’échecs
- Portable_Game_Notation

[23]
- Interopérabilité

[24]
- Histoire des échecs tiré de wikipedia sur le site d’un club d’échecshttp://www.chess32.tonsite.biz/inde...
- Échecs
- Ouverture_(jeu_d’échecs)

Répondre à cet article