Association Bordelaise des Utilisateurs de Logiciels libres

Accueil ›› L’Abul en bref ›› Témoignages ›› Et de 5...

Et de 5...

Posté le dimanche 9 mai 2004 par Fabrice Clerc

La société Flora Partner, franchiseur du réseau "le jardin des fleurs" (http://www.lejardindesfleurs.com) vient de mettre en ligne son 5ième serveur Linux. Il s’agit d’un serveur de 3 ans qui au lieu de partir à la benne va entamer une deuxième vie à notre entrepôt qui s’agrandit. Il servira au stockage des données de l’entrepôt, en tant que serveur Samba mais il servira aussi à répliquer ces données avec le siège, sans passer par un VPN ou d’autres logiciels coûteux.

La société Flora Partner est une PME de moins de 50 personnes. Son profil est axé vers le service et chaque salarié a un poste informatique. Il y avait à l’origine 3 serveurs : un serveur MS SQL, un serveur MS Exchange, et un serveur de fichier Windows, ainsi qu’un petit proxy MS Proxy 2 pour l’accès à internet.

Les premiers temps :

L’entrée des logiciels libres dans la société s’est faite par la petite porte, il y a bientôt 4 ans, sous la forme d’essais. La distribution Mandrake a été installée sur une machine devant partir à la casse. Ces premiers essais on validé la possibilité d’utiliser Linux en remplacement du proxy Microsoft, et pour diffuser des informations aux premiers franchisés équipés d’Internet. Les essais ont eu lieu pendant l’été 2000, et le système a été validé en mis en production en novembre de la même année.

Il faut bien avouer qu’à ce stade là, le directeur informatique de l’entreprise était toujours méfiant, et que c’est le prix défiant toute concurrence qui l’a emporté : le risque couru était très faible.

Quelques mois plus tard, c’est le manque de place sur le serveur de fichiers qui a permis la mise en place d’un deuxième serveur Linux, toujours sur une machine de récupération. Samba y était tellement performant que la vitesse d’écriture surclassaient largement les autres gros serveurs avec du RAID SCSI sous Windows de l’entreprise, aussi lorsque le service communication avec tous ses fichiers graphiques pour des archives, des animations, des maquettes s’est retrouvé à l’étroit, c’est la totalité de ses 25Go qui a été déplacée sur ce serveur. Entre temps la machine était devenue le serveur DHCP, WINS et DNS de l’entreprise.

Le passage au matériel profesionnel :

La situation aurait pu en rester là pendant un bon moment, mais après deux ans de bons et loyaux services, le serveur du service communication devenait lui aussi un peu petit, et les journaux d’alerte faisaient remonter des signes de fatigue pour les disques durs. Il devenait urgent d’acheter une vraie machine de constructeur. C’est à ce moment là que toute l’expérience, et la confiance accumulée avec la mise en place de Linux sur du matériel au rabais a payé. Le directeur informatique a donné son accord pour que le Proliant soit passé sous Linux directement. Cette solution avait deux avantages

1) Samba surclasse largement Windows 2000 en termes de performances et à machine équivalente.

2) Nous n’étions pas obligé d’acquérir des licences d’accès client et une licence Windows 2000 serveur.

Cerise sur le gâteau, toute la configuration qui avait servi à la mise en place de DHCP, DNS et autres outils était simplement recopiée d’un serveur sur l’autre. Nous n’avons pas été obligé de mettre beaucoup de mémoire vive, ce qui a permis d’utiliser le budget à d’autres postes.

Enfin, l’évolution des logiciels d’achats avec les magasins, a fait que nous avions besoin de liaisons Internet avec le moins de pannes possibles. L’entreprise a loué deux liaisons TDSL et a mis deux firewalls sous Linux pour sécuriser le tout. Ce sont deux boîtiers mini-itx avec de la compact flash qui font le travail. Un troisième boîtier a été ajouté qui joue le rôle de serveur Web, ftp, et relais smtp actif. Un script shell rustique met en place un système de failover entre les deux liaisons. Un des firewall est administré à 100% par Flora Partner, le deuxième l’est par la société Alphalink (http://www.alphalink.fr) à qui nous louons une des liaisons TDSL.

Ceci fait, le serveur historique de l’entreprise, le firewall installé pour pas un centime et dont l’"uptime" était de presque une année a été débranché. Nous en étions à 4 serveurs Linux en production, et 3 serveurs Microsoft, le cinquième est terminé.

Pour conclure :

L’intégration de Linux dans le réseau informatique s’est faite très progressivement. La formation à Linux s’est faite au fil du temps et la montée en puissance a suivi celle en expérience. La cohabitation entre les systèmes Windows et Linux ne pose pas problème. On dirait presque que pour tout problème d’interopérabilité qui se pose, quelqu’un est passé là avant, a débroussaillé et a documenté la méthode.

Si le premier serveur était installé grâce à Mandrake, tous les autres serveurs sont basés sur Debian. C’est la seule distribution alliant à la fois maîtrise des coûts, stabilité et facilité de mise à jour. Il faut dire aussi qu’au sein de l’abul, les utilisateurs de Debian ont été suffisamment nombreux et ont assuré tout au long de ce parcours un soutien technique de très haute qualité.

Concernant Mandrake, avec un recul de 4 ans, et malgré tout ce que j’ai pu dire, et lire concernant cette distribution, il me faut admettre qu’elle est loin d’être aussi mauvaise que ça : Un débutant sous Linux met en place une passerelle IPCHAINS, ne fait quasiment aucune mise à jour, et maintient sur le même système un apache, un ftp, et un Inn, tout ça sur une infâme casserolle qui n’a jamais été piratée ; il faudrait vraiment se vouer à Ste Mauvaise Foi pour continuer à n’en dire que du mal.

— 

Fabrice Clerc

Service Informatique Flora Partner

f.clercATabul.org

P.-S.

Quels logiciels libres sont utilisés par Flora Partner : GNU Linux - en général... et puis,

Bind9 DHCPv3 Exim4 Samba 2.2.x et 3.0 rsync ssh2 apache proftpd mozilla cygwin putty kate fetchmail gftp shorewall (iptable) iproute cups webmin pound etc.

La liste des services rendus par les logiciels libres est immense, devais-je parler des logiciels de compression, d’archivage...?

Répondre à cet article