Association Bordelaise des Utilisateurs de Logiciels libres

Accueil ›› Utilisation de logiciels libres ›› Système ›› Quelle distribution de GNU-Linux choisir pour un usage professionnel (...)

Quelle distribution de GNU-Linux choisir pour un usage professionnel ?

Posté le jeudi 22 juillet 2004 par Ivan Havlicek

Afin de devancer un troll qui ne devrait pas tarder à sortir du bois, un début de réponse...

Il suffit de consulter des sites comme http://www.linuxiso.org/ pour voir que le choix est important et que la diversité existe. C’est (Oh ! grand méfait de la liberté ;-) la conséquence logique d’un modèle dont l’utilisateur est au pouvoir, c’est donc à lui de décider :

Nous avons le choix !

Le recensement des solutions choisies ou préconisées par les membres de ProLibre (NDLR : à ma connaissance au moins 4 distributions différentes), démontre que la seule réponse possible est en réalité une série de questions.

Suivant son usage :

- Poste de travail (bureautique, son, image...)
- Serveur d’entreprise (partage fichiers, groupware...)
- Serveur spécialisé ou dédié (web, dns, firewall...)
- Embarqué
- ...

Si en y rajoute aussi des critères comme :

sur quelle type de machine,
pour combien d’utilisateur,
la formation à prévoir... etc

C’est très vaste, et la liste du possible s’allonge tous les jours !

Pour éviter de s’y perdre, les professionels confrontés à cette question, sont donc invités à contacter un des membres de ProLibre. En précisant vos besoins, vous avez la possibilité de profiter des conseils d’experts, ce serait dommage de ne pas en profiter. La capitalisation de la diversité de nos expériences nous permet de vous aider à mettre le pied à l’étrier d’un système libre dans les meilleures conditions. En effet, désormais, pour un investissement qui est à la portée des toutes les entreprises, vous avez la possibilité d’avoir votre système d’information, adapté à vos besoins.

Un exemple :

modulix utilise sur ses serveurs web la distribution Gentoo, pourquoi ?

"
Notre activité d’hébergeur nous impose des contraintes de mise à jours fréquentes. Avec IPv6 et les processeurs 64 bits qui pointent déjà leur nez, on a choisi le plus portable ; les sources. L’intégralité des exécutables est réalisée par compilation sur chaque serveur. L’installation initiale est longue, mais ensuite, grâce à la gestion des dépendances, on met à jour l’intégralité d’une machine (applications et système d’exploitation) en une seule commande :

#emerge -u world

Pour nous, choisir le libre c’est offrir la pérénité à notre entreprise.
"

Répondre à cet article

2 commentaire(s)
  • Posté le 15 octobre 2004 à 23:00, par Fabrice Clerc (lien)

    Bon....
    Tout ça, c’est quand même un peu une réponse de Normand.

    Pour moi, il y a quand même des choses inévitables :
    Si on installe un serveur constructeur (IBM, HP, DELL), et qu’on veut absolument un support nickel pour le suivi du hot-plug et des outils constructeurs, il n’y a pas le choix, il faut choisir parmi les distribs soutenues par le constructeur.
    Pour du HP, c’est Red-Hat ou Suze.

    Si le serveur est un serveur assemblé (mini-itx) ou autre, avec des pilotes très largement reconnus par tous les noyaux de la création, il n’y a pas de soucis, on prend ce qu’on veut.

    Après, il y a la demi-mesure. On peut vouloir travailler avec SA distrib, les logiciels constructeur ne la supportent pas, mais ça ne gène pas le travail au quotidien. Dans ce cas, pas de soucis, on met aussi ce qu’on veut.

    Il faut tout de même dire que si on ne se situe pas dans une politique de déploiement de 50 serveurs en cluster à mettre à jour sur du nouveau matériel tous les ans, la distrib la plus adaptée, c’est encore celle qu’on connait le mieux.
    Pour moi, pour la facilité de mise à jour et la maintenance sur plusieurs années, c’est Debian, mais si quelqu’un est très à l’aise sur Mandrake, il vaut mieux une bonne installation bien stable et bien suivie sur une Mandrake que du n’importe quoi pas maîtrisé sur Debian ou Gentoo.

    Fabrice Clerc

    repondre message