Association Bordelaise des Utilisateurs de Logiciels libres

Accueil ›› Gull du Sud Ouest ›› Euskalug ›› Compte-rendu de la première réunion « Euskalug »

Compte-rendu de la première réunion « Euskalug »

Posté le lundi 19 janvier 2004 par Antoine ducoulombier

Lieu : ESTIA (École Supérieure des Technologies Industrielles Avancées), Technopole Izarbel 64210 Bidart.

Date : samedi 10 janvier 2004.

Préambule

Cette réunion est due à l’initiative de membres de l’ABUL qui avaient constaté qu’un nombre significatif d’adhérents résidaient au Pays Basque.

Jean-Christophe Monnard écrivait le 21 décembre 2003 : « je reçois de plus en plus de manifestations d’intérêt pour une association locale, avec des réunions d’initiation à Linux et aux logiciels libres »... « Au début, suite à l’avis de Pierre Jarillon, je pense proposer une section locale de l’ABUL, qui prendrait ensuite son autonomie. »

Jean-Paul Chiron a aussitôt créé une liste de diffusion eusk@abul.org afin d’éviter des en-têtes trop lourdes aux courriels. On peut s’inscrire, se retirer de la liste ou consulter les archives à partir de http://abul.org/wws/.

L’annonce de la réunion a été faite sur le site de l’ABUL et sur Linuxfr.org. Grâce à Éric Papet nous avons pu utiliser un superbe amphithéâtre de l’ESTIA.

Organisation

Éric Papet nous a accueilli. Une feuille de présence a recueilli 37 noms [1]. Nous aurions été plus nombreux si Jean-Christophe Monnard n’avait pas eu la grippe. Mais nous avons pensé à lui. Pierre Jarillon a pris quelques clichés de cette réunion et a essayé de faire un trombinoscope de tous les participants. La réunion a commencé à 14 heures et s’est terminée à 17h45. Certains participants ont prolongé cette rencontre bien plus tard à titre privé...

Ouverture de la séance

Éric Papet a ouvert la séance.

Pierre Jarillon a ensuite été chargé de présider la séance et lu l’ordre du jour, lequel a reçu l’assentiment de tous.

Présentation des participants

Chacun des participants s’est présenté. Vu le nombre de participants cette présentation extrêmement intéressante a duré près d’une demi-heure malgré l’excellente auto-discipline des participants.

Le document en annexe donne cette présentation illustrée par les photographies des participants [2].

Leurs compétences vont des professionnels de très haut niveau aux débutants et mêmes aux simples curieux. Il s’agit donc d’un panel très représentatif des personnes intéressées par les logiciels libres.

Tentatives précédentes au Pays Basque

LUG Côte Basque

J.P. Lazarotto a lancé il y a un an le LUG Côte Basque. Il explique ses objectifs qui sont d’éviter le ghetto informatique, former des utilisateurs, créer un centre de formation agréé. Pour cela, il faut un local permanent, ce qui impose d’avoir des ressources financières.

Actuellement, le LUG compte quatre adhérents. Laurent Bellegarde fait remarquer que ces objectifs sont très proches de ceux d’une entreprise.

P. Jarillon explique que l’ABUL n’a pas de locaux afin de ne consommer que très peu de ressources humaines et matérielles à son fonctionnement. Le centre de l’ABUL n’est pas un local mais son serveur. Certains groupes sont totalement dématérialisés comme GULiDef - Groupe des Utilisateurs de Linux dans la Défense.

Réunion PAULLA

Guy Barré, Président de Paulla explique comment fonctionne Paulla. Son association avait organisé deux ans plus tôt une réunion sur les logiciels libres au Pays Basque. Elle n’a malheureusement pas eu de suite tangible. Il propose d’aider à la création d’une entité basque.

Quels objectifs ?

Cette partie a été la plus longue, on peut s’en douter. Il a été question de la philosophie des logiciels libres que certains participants avaient un peu de mal à appréhender.

Il a fallu, afin que la discussion se poursuive, expliquer ce qu’était un logiciel libre. Pierre Jarillon a rappelé les quatre libertés (utiliser, étudier, modifier et distribuer) et dit quelques mots de la GPL.

De très nombreux participants ont expliqué quelles étaient leurs attentes. Certains l’avaient déjà fait lors du tour de table initial.

Certains désirent de l’aide pour faire les premiers pas avec une Mandrake et ont des besoins très basiques. Ils sont demandeurs de séances d’initiation très basiques.

Il existe aussi des utilisateurs avancés pour lesquels des échanges avec d’autres utilisateurs seraient profitables. D’autres ont des objectifs d’utilisateurs professionnels (exemple : Abuledu).

Enfin, il y a les professionnels de l’informatique pour lesquels l’association est un moyen de se faire connaître, connaître des utilisateurs et des confrères ayant d’autres spécialités que les leurs.

Les professionnels doivent prendre le relais des associations lorsqu’il s’agit de mise en oeuvre opérationnelle. La frontière entre le domaine associatif et le domaine professionnel doit être respectée.

Pause

Vingt minutes de pause ont permis à tous d’engager de très nombreuses conversations, certainement très utiles. Après la reprise, vers 16h05, les débats avanceront beaucoup plus vite.

Statut

Il a été décidé qu’il était trop tôt pour décider d’un statut. Il a été convenu qu’il serait mieux d’organiser des manifestations en Euskadi et de voir quels seront ceux qui y auront participé effectivement. Cette attitude très pragmatique a reçu un assentiment général.

Il a été décidé que la formule à utiliser est :

« L’ABUL parraine la création d’un groupe d’utilisateurs des logiciels libres au Pays Basque ».

Liste de diffusion

La liste eusk@abul.org demeure le moyen de communication privilégié. Son libellé doit être : « Liste de diffusion réservée aux activités liées au Pays Basque ». Elle ne doit pas être utilisée pour un usage technique. D’autres listes sont réservées à cet effet. Elles sont toutes accessibles sur le site de l’ABUL par http://abul.org/wws/ . Il a été rappelé qu’il est indispensable d’y respecter la netiquette - voir aussi http://abul.org/article6.html .

Site web

On utilisera le site de l’ABUL en attendant une solution définitive avec un nom de domaine propre. Éric Papet pense pouvoir héberger ce futur serveur. Aucun délai n’est avancé. Antoine Ducoulombier s’est porté volontaire pour gérer ces pages.

Nom de l’association

Il sera débattu sur la liste de diffusion. Un nom évoquant trop précisément BAB (Bayonne Anglet Biarritz) a été écarté un nom évocant le Pays Basque serait plus apprécié.

Langue basque - euskara

Cette activité s’impose d’elle même au Pays Basque. Elle peut avoir plusieurs aspects : traductions, aide à l’utilisation des logiciels en langue basque, rapprochement avec le Pays Basque sud où l’activité en langue basque est importante.

Liens avec la Presse

Personne n’a de compétence particulière, il faudra faire appel chaque fois aux bonnes volontés sur la liste de diffusion. Le communiqué de presse sera aussi discuté sur la liste.

Locaux

Il est décidé de ne pas avoir de locaux propres. Les participants souhaitent en profiter pour organiser des réunions et des conférences dans de nombreuses villes du Pays Basque. Éric Papet propose de se charger des relations avec l’ESTIA afin d’utiliser ses locaux pour de nouvelles réunions.

Prochaines rencontres

Comme dit précédemment, il a été décidé d’organiser une conférence de sensibilisation aux enjeux du logiciel libre. Cette conférence doit avoir lieu le vendredi 23 en soirée ou le lendemain, le samedi après-midi. P. Jarillon s’est proposé pour faire cette conférence.

Un mois plus tard, en raison des congés scolaires, aura lieu une « install-party ». Certains participants doutaient de la capacité locale à faire ce genre de manifestation, l’expérience, l’assistance et éventuellement le matériel de l’ABUL les ont rassuré.

Notes

[1] Eric Papet, Jeau-Paul Beaules, Thierry Bugeat, Pierre Jarillon, Thierry Tardena, Laurent Lalanne, Yann Cohen, Arnaud Casteigts, Elodie Jacquet, Sébastien Andres, Jean-Pierre Azzarotto, Laurent Bellegarde, Kristian Macdonalds, Jean-Christophe Praud, Patrick Sorondo, Vincent Faroux, Bruno Bord, Vincèn Pujol, Dany Poupard, Pierre Peinard, Johann Delavouet, Xabier Heguy, Sébastien Ducoulombier, Nicolas Ducoulombier, Antoine Ducoulombier, Bertrand Delrieu, Ludovic Bodin, Xarles Apeztegi, Alexis Lahouze, Iker Elosegi, Antoine Ledoux, Guilain Cabannes, Christophe Ceccour, Charles Varnier, Jean-François Bullier, Christian Mezzasalma, Guy Barre.

[2] Le trombinoscope.

Répondre à cet article

1 commentaire
  • Posté le 22 janvier 2004 à 15:11, par Xan Goenaga (lien)

    Egun on

    Je me présente, Xan Goenaga, documentaliste au collège Xalbador de Kanbo, ce collège ayant choisi de travailler en basque nous utilisons sur tous les postes élèves Open Office en basque, une version basque de Linux existe aussi mais nous n’avons pas encore fait le pas, nous utilisons donc pour le moment les logiciels libres sous windows. Dans le compte rendu de la réunion il est question de donner une place à l’euskara, de manière à ne pas faire le travail en double, il faudrait que le groupe en création se mette en contact avec euslal linux. j’essaierai de venir à la réunion du vendredi 23 janvier à l’ESTIA

    Laster arte
    Xan

    Répondre à ce message